François Dolbeau, Deux notules de philologie biblique sur des versions préhiéronymiennes, Revue Bénédictine, 116 (2006)

Version imprimable
  • Dolbeau (François), "Deux notules de philologie biblique sur des versions préhiéronymiennes", Revue Bénédictine, 116 (2006), p. 287-294.

Note portant 1° sur une nouveau témoin fragmentaire d'Isaïe vieux latin (péricope liturgique discontinue dans un feuillet de garde du Xe s.) et 2° sur l'identification de citations bibliques non évidentes (Prov. 3, 32; 16, 5) dans des textes patristiques latins, grâce à la rétroconversion à partir du grec de la Septante. Par ce second point, l'article rappelle le problème posé aux éditeurs par l'existence de citations bibliques non identifiées ou assimilées à de simples allusions parce que leur teneur littérale ne correspond pas à celle du texte hiéronymien ou du texte vulgate des éditions et concordances. Il est nécessaire de chercher à identifier par rétroconversion à partir de la Septante les sources de citations de tonalité biblique qui s'écartent de la lettre des éditions critiques et de leurs apparats. Ainsi, lorsque les recherches dans les bases textuelles informatisées permettent de constituer des séries de clausules similaires qui résistent au processus d'identification classique, il convient de chercher les références aux occurrences des mots les plus stables à partir de concordances latines et grecques de manière à repérer la source biblique des passages concernés. "Une série de parallèles non référencés et affectés de menues variantes trahit souvent la présence d'un emprunt scripturaire." (p. 294).

[J'ajoute pour avoir rencontré ce problème dans l'exégèse du XIIIe siècle, que la rétroconversion à partir de l'hébreux doit aussi être tentée. Dans les commentaires bibliques le même phénomène permet d'identifier les réemplois de sources scolaires ou de commentaires préexistants.]